1,7 million d'euros de stupéfiants, prison ferme pour les trafiquants et une Saisie record d'héroïne à La Réunion

Lundi 5 Février 2018

Il s’agit d’une saisie record pour la douane réunionnaise : 42 kilos d’héroïne, 6 kilos de résine de zamal et 174 grammes d’herbe à Sainte-Rose le 11 novembre 2016. Soit une valeur de 1,7 million d'euros. 

Vers 1 heure du matin, la douane fait un tour au Port de Sainte-Rose pour y jeter une mission de surveillance de routine. Pas de chance pour trois individus qui s’y trouvent. Les stupéfiants sont encore dans leur voiture et attendent d’être transportés sur un bateau, le "Sweet Love Mama", qui ne va pas tarder à arriver. À bord, trois Mauriciens qui comptent emporter la marchandise à Maurice. 
  
Il s’agit de Mike Brasse et ses deux acolytes, Royce Capdor et Osman Kamil Mohamed. Sur le port, en possession de la marchandise : Corine Clain, la maitresse de Mike Brasse, et ses deux fils, Kévin, 25 ans, et le "guet" Grégory, 18 ans. L’héroïne, la résine de zamal et l’herbe sont donc en escale à La Réunion avant de reprendre la mer. 
  
"L’un des Mauriciens a dit que si on perdait les sacs, on était tous morts" 
  
La raison ? En octobre 2016, Mike Brasse et deux autres Mauriciens sont en route vers Maurice, en provenance de Madagascar avec les stupéfiants à bord d’un bateau. Mais "les vagues trop fortes" selon Mike Brasse, engendrent une avarie. Il appelle donc Corine Clain qui prévient le CROSS et prend la marchandise. "Il m’a suppliée de la prendre", affirme-t-elle, en insistant qu’elle ne savait pas de quoi il s’agissait. Mais en route, elle fait un accident et doit donc faire appel à son fils, Kévin. Accompagné de sa mère et des trois Mauriciens, il dépose les stupéfiants chez sa tante. Il précise : "L’un des Mauriciens a dit que si on perdait les sacs, on était tous morts". 
  
Le voilà donc le 11 novembre, Mike Brasse, à nouveau en route vers La Réunion pour récupérer les produits. Sauf que cette fois-ci, la douane l’attend. Le "guet", Grégory, jouait à Pokemon Go. 

Manipulée par le "gigolo"? 
  
Corine Clain, amoureuse, n’aurait donc eu aucune idée de ce que contenaient les sacs… "Peut-être un trafic d’or"… Pourtant, Mike Brasse avait déjà fait un voyage de trafic d’héroïne et ce pour un dealer mauricien appelé "Toto", en mars 2016. "C’est à ce moment là qu’elle a appris que Mike Brasse était un trafiquant", précise la procureure, Marion Menot. Mais en ce qui concerne ce deuxième trafic, toujours pour ce fameux "Toto", elle ne se serait doutée de rien. Le "gigolo" pour lequel elle "payait tout" et dont elle était tombée amoureuse, "comme beaucoup de femmes", selon son avocat Me Laurent Payen, aurait donc été manipulée. Mais la procureure le rappelle : "Elle n’a pas quitté Mike Brasse quand elle a appris qu’il était trafiquant, ça elle s’en moque. Elle a rompu lorsque sa fille a déposé plainte contre lui pour agression sexuelle". Carine Clain finit par ajouter: "Je n'étais pas consciente des conséquences de mes actes". 

Concernant les trafiquants mauriciens, Royce Capdor semble avoir tout perdu. Propriétaire, du Sweet Love Mama, il aurait investi toutes ses économies pour acheter le bateau utilisé pour le tourisme à Maurice, et donc son outil de travail. Selon son avocate, Julie Pechier, il n'avait plus un centime et voulait se faire un peu d'argent en transportant ce qu'il pensait n'être que du zamal. "Les 15 mois de détention l'ont beaucoup affecté, raconte-t-elle en montrant un prévenu qui pleure, il est loin de sa famille, il a perdu 25 kilos et a été admis à l'EPSMR". 

Mike Brasse quant à lui reconnait les faits mais minimise son rôle. Il ne serait que simple mécanicien et comptait utiliser "l'argent qui reste pour construire des écoles à Maurice".  Osman Kamil Mohamed serait le bras droit de "Toto". Mais selon l'avocat d'Osman Kamil Mohamed, "il a été embrigadé dans cette affaire". Bref, tous se renvoient la balle. 

La "frustration" de traiter une affaire internationale 
  
Avant de faire ses réquisitions, la procureure a insisté sur la frustration liée au traitement du dossier localement, alors qu’il s’agit d’un trafic international. Une enquête pénale internationale aurait été rendue impossible à cause de la différence de système judiciaire entre les deux pays. "Les chiffres donnent le tournis mais nous avons des noms et adresses à Maurice que nous ne pouvons pas vérifier", explique-t-elle. 

Mike Brasse a été condamné à 8 ans de prison ferme, Corine Clain et Osman Kamil Mohamed à 4 ans, Royce Capdor à 3 ans, Kévin Zettor à 2 ans dont un an avec sursis et Grégory Grondin a été relaxé.

Par Soe Hitchon le Lundi 5 Février 2018 à 19:09 | Lu 206 fois