Le serial voleur de St-Benoît, fou ou malade?

Lundi 19 Février 2018

Le serial voleur de St-Benoît, fou ou malade?
À 27 ans, ce Bénédictin ne sait ni lire, ni écrire et ne sait même pas quel âge il a. En comparution immédiate ce lundi devant le tribunal correctionnel, il devait répondre d’un vol le soir de la Saint-Valentin à Saint-Benoît. Alors qu’un gramoune est allongé sur son lit et écoute la radio, un individu apparaît dans sa chambre. Il fouille dans le pantalon qui se trouve à proximité du lit où le gramoune lui donne son argent car il se sent menacé… Les deux se connaissent, ayant déjà eu une altercation dans un bus et le jeune s’étant déjà rendu chez le gramoune. Les versions diffèrent mais peu importe. Le jeune homme repart avec 400 euros. 
  
Sous tutelle, suivi depuis de nombreuses années par les médecins et ayant déjà effectué des voyages en hôpital psychiatrique. Son enfance n’a pas été facile : il serait tombé sur la tête très jeune, causant des troubles neurologiques. Il est placé de l’âge de 4 à 18 ans. Handicapé, il devient ensuite agriculteur. Pourtant, l’expertise psychiatrique déclare cette fois-ci qu’il a certes une intelligence limitée mais ne présente aucune pathologie mentale et sait distinguer le bien du mal. 
  
Mais Me Louis Ropars rappelle que "tout enfant même trisomique connaît la différence entre le bien et le mal". "Si on a pris une claque, on sait que c’est pas bien sur le moment, explique-t-il. Dans ce cas on traite le problème avec la mise à l’écart. Or ça fait six ans qu’il attend d’obtenir un travail avec un centre spécialisé". "Il me faut un travail pour que je sois occupé et pour que je n'aie pas le temps de faire des bêtises". 

Le tribunal ne l'a pas considéré si fou que ça et l'a condamné à trois mois de prison.

Rédigé par Soe Hitchon le Lundi 19 Février 2018 à 20:39 | Lu 405 fois

Soe Hitchon