Violences en prison : Un surveillant frappé par un détenu, "Vien a ou, mi pren a ou !"

Mardi 6 Février 2018

"Ce sont des choses quotidiennes", affirme Me Henri Moselle, avocat de la défense, avant de rappeler les dernières manifestations des fonctionnaires de l’administration pénitentiaire qui "manque de personnel". "Certains détenus se rebellent, c’est la nature humaine, poursuit-il, sauf que là un surveillant a été blessé". 
  
Mais le coup de poing sur l’arcade gauche du surveillant n’aurait pas été intentionnel… Le 31 octobre dernier, V.R, détenu à la prison de Domenjod, discute tranquillement avec sa copine et sa mère au téléphone dans sa cellule. Un téléphone qu’il n’a bien sûr par le droit d’avoir. Les surveillants pénitentiaires le fouillent, trouvent le téléphone puis décident de procéder à une inspection de la cellule. Pour cela, V.R est enfermé dans la buanderie. 
  
"Furieux", comme se décrit le détenu en comparution immédiate ce mardi, il frappe sur la porte à tel point qu’il parvient à la casser et sortir de la pièce, direction les surveillants. Et là ce sont des menaces : "Vien a ou, mi pren a ou ! Mi coné ou sa ou habite et mi sa règle out compte spes' moukate!" Alors qu’ils tentent de le maîtriser, l’un d’entre eux se prend un coup de poing dans l’arcade. 
  
À 27 ans, V.R a déjà 17 condamnations sur son casier judiciaire. Cet "intolérant à la frustration" - qualification de la présidente du tribunal – a donc été condamné à six mois de prison qui se rajouteront à la peine qu’il est en train de purger. 
  
Un téléphone obtenu par un jet de colis vers la prison ? 
  
Le téléphone portable que possédait le détenu aurait pu provenir d’un colis jeté par dessus le mur de la prison… Car selon la procureure, dans l’affaire précédente, "c’est un fléau pour l’administration pénitentiaire". Également devant le tribunal correctionnel ce mardi, un jeune homme qui a tenté de jeter un colis, des bouteilles de whisky et du cannabis par dessus le grillage du centre pénitentiaire du Port, le 21 janvier. Son casier comprenant déjà six mentions, il a été condamné à 4 mois de prison ferme et la révocation de deux mois de sursis. 

Par Soe Hitchon le Mardi 6 Février 2018 à 15:09 | Lu 739 fois